10 décembre, journée internationale des droits de l’homme [nl]

PNG

En ce 10 décembre, jour anniversaire de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme et journée internationale des droits de l’homme, la France rappelle son engagement à la promotion et la protection des droits de l’homme partout dans le monde.

Les droits de l’homme, tels que consacrés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans le préambule de notre Constitution, font partie des valeurs fondatrices de la République française. Leur respect est au cœur de l’exercice de la démocratie en France et de notre engagement au sein de l’Union européenne et des organisations internationales.

Dans le cadre de ses relations bilatérales et au sein des enceintes multilatérales, dont l’Assemblée générale des Nations unies, le Conseil des droits de l’homme et le Conseil de l’Europe, la France œuvre à la défense de l’universalité des droits de l’homme et à leur effectivité.

La France est particulièrement engagée sur plusieurs thématiques : l’abolition universelle de la peine de mort, la lutte contre l’impunité, les détentions arbitraires et les disparitions forcées, le respect des droits des femmes, la lutte contre l’enrôlement d’enfants-soldats, la lutte contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

La France saisit l’occasion de cette journée pour rendre hommage à tous ceux qui se battent au quotidien pour le respect des droits de l’homme, parfois au risque de leur propre vie.

Communiqué de presse du SPF Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement

A l’occasion de la Journée internationale des Droits de l’Homme, le 10 décembre, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders souligne l’engagement de la Belgique en faveur de la promotion et la protection des droits de l’Homme. La Belgique continue à mettre un accent particulier sur les droits des enfants et des femmes, ainsi que la lutte contre l’impunité, la peine de mort, et toutes les formes d’intolérance et de discrimination, notamment celles fondées sur l’orientation sexuelle. Un exemple récent de cet engagement de la Belgique est la conférence ’Children’s rights and business principles’, organisée le 3 décembre au Palais d’Egmont.

Le Ministre Reynders est également très satisfait que voici deux semaines, la Troisième Commission de l’Assemblée générale ait approuvé par consensus la résolution belgo-slovène sur la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Le Ministre Reynders se félicite également d’autres développements positifs à la Troisième Commission, comme par exemple le soutien accru à la résolution sur la mise en place d’un moratoire sur la peine de mort.

’Par contre, je me rends compte qu’encore trop de gens ont un lourd tribut à payer pour exercer les droits et des libertés que nous percevons comme évidents dans notre société’, a déclaré le ministre Reynders, qui souligne que notre pays, en étant membre du Conseil des Droits de l’Homme ces trois dernières années, y a joué un rôle clé.

La fin de la présence de la Belgique en tant que membre du Conseil des Droits de l’Homme, le 31 décembre 2012, ne signifie pas que notre pays n’y sera désormais plus qu’un spectateur. Au contraire, en tant qu’observateur, la Belgique continuera à jouer un rôle actif au sein du Conseil et restera un défenseur de l’universalité des droits de l’homme. Notre pays est d’ailleurs candidat à un nouveau mandat au Conseil des Droits de l’Homme pour la période 2016-2018. En outre, la Belgique est un membre actif du Comité des ONG et de la Commission pour le Statut de la Femme, qui se penchera en mars 2013 sur la problématique de la violence contre les femmes.

La Belgique continue d’œuvrer pour la promotion et la protection des droits des enfants et des femmes, en particulier dans le contexte des situations de conflit et post-conflit. Le ministre Reynders a ainsi participé en février 2012 au débat ouvert au Conseil de Sécurité sur la violence sexuelle dans les conflits. Il a également exprimé son soutien à l’action du Dr Mukwege, un champion des droits des femmes dans la région du Kivu, mise à rude épreuve en République démocratique du Congo.

Enfin, le ministre Reynders rappelle que l’Union européenne a adopté, le 25 juin 2012, un Cadre Stratégique et un Plan d’action pour les Droits de l’homme et la Démocratie. Notre pays contribuera activement à la mise en œuvre des 97 actions que compte le Plan d’action.

Pour en savoir plus, visitez le site officiel de la journée des droits de l’homme 2012.

publié le 02/06/2015

haut de la page