3 Questions 3 Réponses : Philip Cordery

JPEG

Né en 1966 à Paris et diplômé en langues étrangères et appliquées. La carrière professionnelle de Philip Cordery se partage entre Paris et Bruxelles. Il est marié, père de 3 enfants et passionné de rugby. En juin 2012, il a été élu député des Français du Benelux.

En quoi consiste la fonction de Député des Français du Benelux ?

Un député des Français de l’étranger participe, en tant qu’élu de la Nation, au vote de la loi, du budget et à la mission de contrôle de l’action du gouvernement. Je peux ainsi proposer des lois ou déposer des amendements. Mon action s’inscrit dans la volonté d’une meilleure prise en compte des besoins et des spécificités des Français de l’étranger et notamment de ceux installés au Benelux. J’apporte aux débats des éclairages sur ce qui se fait de bien et qui fonctionne en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg.

Quels sont les dossiers sur lesquels vous travaillez en ce moment ?

Je suis particulièrement investi au sein de la Commission des Affaires européennes dont je suis le secrétaire. Depuis plus récemment, je suis également membre de la Commission des Affaires sociales, ce qui me permet de m’engager encore davantage sur les sujets de la fin de vie et de l’accès aux prestations sociales pour les personnes en situation de mobilité. Je me suis beaucoup investi pour une meilleure prise en charge des personnes handicapées françaises en Belgique via la mise en place de l’accord cadre. Actuellement, je travaille à un rapport sur l’enseignement français à l’étranger. Au quotidien, j’accompagne et conseille les concitoyens qui rencontrent des difficultés en matière de fiscalité, de retraites, etc.

Quels messages avez-vous à adresser à la communauté des Français en Belgique ?

Au contact permanent des Français du Benelux et étant installé moi-même à Bruxelles depuis 2004 avec ma famille, je mesure au quotidien la réalité de la mobilité. Cette mobilité représente très souvent une richesse personnelle. A bien des égards, elle constitue également pour la France un atout.

Cependant, je suis conscient que certaines difficultés persistent. Dans mon action au quotidien, je mets tout en œuvre pour lever ces obstacles en pesant sur le niveau national et européen.

publié le 19/01/2015

haut de la page