Conférence de Lovenjoul : « Le passage à l’Europe : histoire d’un commencement » [nl]

Dans le cadres des Conférences de Lovenjoul, Luuk van Middelaar est venu présenter son ouvrage « Le Passage à l’Europe : histoire d’un commencement », ce 14 mars 2012 à la Résidence de France.

Extrait du discours de Madame l’ambassadeur de France en Belgique, Michèle Boccoz.

« Messieurs les ambassadeurs du Royaume-Uni et du Grand Duché du Luxembourg,
Monsieur le Chargé d’affaires d’Espagne,
Cher Monsieur Luuk Van Middelaar ,
Mesdames et Messieurs les auditeurs,

C’est un véritable plaisir pour moi de vous accueillir ce soir, à la résidence, pour entamer ensemble un débat, que j’espère extrêmement fructueux, autour de notre invité, M. Luuk Van Middelaar, de nationalité hollandaise et auteur de ce qui est devenu un succès de librairie : son ouvrage intitulé « Le passage à l’Europe : histoire d’un commencement » (…)

La conférence de ce soir sur la fulgurante ascension de l’Europe depuis sa construction et son influence grandissante, cadre idéalement avec l’esprit européen de Lovenjoul, alors que nous nous trouvons au cœur des institutions européennes, ici à Bruxelles, l’une des grandes capitales de l’Europe.

Cher Monsieur Van Middelaar, votre livre, récemment publié en France fait déjà figure de best seller, en plus d’être, à juste titre très médiatisé !

Votre ouvrage a en effet séduit tous les europhiles ! Avec un œil neuf, vous déroulez avec brio, le fil d’une construction européenne vieille de 60 ans, mais qui n’est, selon vous, qu’à ses débuts.

Vous observez avec beaucoup de précision les frictions entre les modèles identitaires, les systèmes politiques, l’Europe et les Etats, mais aussi l’Europe des citoyens et l’Europe démocratique.

Vous vous passionnez également -je vous cite- « pour la naissance de cet univers où les intérêts nationaux et européens cohabitent, où ce sont des politiciens nationaux qui assument un rôle européen, qui se sentent responsables d’une entreprise commune ».

Vous estimez également que la crise de la zone euro devrait favoriser un retour du « vivre ensemble européen et qu’il reste à convaincre les citoyens ».

Avant de vous laisser la parole, Cher Monsieur Van Middelaar, et d’ouvrir ensemble le débat à l’issue de votre exposé, permettez-moi de préciser que votre livre a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix Otto von der Gablentz en 2009 , le prix de Dissertation de l’Université d’Amsterdam, le prix Socrates récompensant l’ouvrage philosophique le plus vif écrit en langue néerlandaise et, en 2011, le prix Veegens de la Société Royale Hollandaise des Sciences.

Permettez-moi de partager l’avis du critique belge Jacques De Decker qui a récemment salué votre ouvrage en indiquant « qu’on ne pourra plus parler valablement de l’Europe désormais sans en tenir compte ».

A l’issue de cette conférence, je serais très heureuse de vous inviter à partager ensemble un cocktail qui sera servi juste à côté, en compagnie de notre invité, que je remercie une fois encore de son intervention.

A propos de l’ouvrage

« Le Passage à l’Europe : histoire d’un commencement » Luuk van Middelaar

« Le Passage à l’Europe : histoire de l’Europe » (Bibliothèque des Idées, éd. Gallimard), de Luuk van Middelaar, capture l’histoire la plus insaisissable de notre temps : la construction européenne.

L’auteur, d’origine néerlndaise, actuel conseiller auprès du Président du Conseil européen, M. Herman Van Rompuy, décrit de manière incomparable le cheminement spectaculaire de l’Europe qui s’est construite depuis un demi-siècle pour devenir aujourd’hui le véritable fer de lance de l’évolution politique du vieux continent qui retrouve un nouveau souffle.

En pleine évolution avec le débat sur l’Eurozone, l’Europe continue de se forger une identité. Son histoire inachevée forme, en même temps, un excellent cas d’étude consistant à mettre à nu l’essence de la politique.

Selon l’auteur, les europhiles et les eurosceptiques regarderaient dans la mauvaise direction. Tantôt vers le fonctionnement interne des institutions européennes de Bruxelles, qui seraient pour les uns un pouvoir bureaucratique teinté politiquement ou pour les autres, l’avant-garde d’un fédéralisme continental.

Par une quête intrigante, qui met l’accent sur les grands événements et les moments de rupture, tel la chute du mur de Berlin ou l’actuelle crise de la zone euro, Luuk van Middelaar fait basculer l’image de l’Europe. Grâce au talent de l’auteur de faire pour faire ressentir le cours du temps, un système politique abstrait évoluant dans une histoire vivante.

publié le 16/03/2012

haut de la page