Eric Boschman, Officier in de Nationale Orde van Verdienste [fr]

De Franse ambassadeur in België, Claude-France Arnould, heeft op 28 september 2016 in de residentie van Frankrijk de eretekens van Officier in de Nationale Orde van Verdienste aan Eric Boschman uitgereikt.

Toespraak van de ambassadeur:

Remise des insignes d’officier dans
l’Ordre National du Mérite à
Eric Boschman,
le 28 septembre 2016.

Monsieur le Vice-Premier Ministre,
Mesdames et Messieurs,

C’est un véritable plaisir pour moi de vous accueillir à la Résidence, et de remettre à Eric Boschman les insignes d’officier dans l’Ordre National du Mérite, devant votre famille et vos amis réunis.

Mais avant la remise de cette distinction venant témoigner de votre parcours en rendant un hommage à l’avocat que vous êtes de l’art de vivre à la française, infatigable promoteur des vins et de la gastronomie française, je souhaite retracer quelques moments de votre parcours.

Tour à tour et simultanément restaurateur, gastronome, sommelier, journaliste, homme de télévision, écrivain, homme de scène, vous êtes connu de tous en Belgique, une grande figure dans les milieux des médias et de la communication.

Votre métier et votre goût pour la vraie cuisine et le vin vous amènent à parcourir la planète entière, mais votre terrain favori reste la France dont vous savez parler si bien.

Vous avez une connaissance remarquable de nos terroirs : leur histoire, leur gastronomie, leurs vins, une connaissance qui surprendrait (supplanterait), bon nombre de nos concitoyens. Vous aimez partager cette connaissance avec les Belges dans de nombreuses émissions de télévision et de radio.

Atout France, l’agence de développement touristique de la France, a l’habitude de vous solliciter pour conduire ses campagnes de communication. En 2014 avec « Le Soir », vous avez ainsi présenté brillamment plusieurs régions de France.

Votre personne même est l’incarnation de ce lien familial entre la Belgique et la France avec un grand-père maternel et une mère français.
Permettez-moi de faire une longue citation où vous racontez votre enfance :

« J’ai passé une partie de mon enfance sur la frontière entre la France et la Belgique, dans le premier village que Napoléon a traversé lors de son trajet vers Waterloo. Nous allions au marché à Cousolre, petite localité où se tenait le marché du mercredi.

Gamin, je buvais des Arc-en-Ciel au bistrot chez Laurette, nous mangions à la Potinière à Avesnes.

Pour moi la France c’est aussi, surtout même, un art de vivre à table (...) J’ai encore des souvenirs de restaurants "routiers" au fond des papilles.

Enfants, nos parents nous prenaient sous le bras pour visiter une fois l’an, un monument de la gastronomie. On a chacun les églises que l’on mérite. Nous allions en pèlerinage chez Troisgros, chez Haeberlin et les autres. J’ai perpétué cette "tradition" avec ma fille en l’emmenant le jour de ses 16 ans, à Paris pour l’initier à la haute gastronomie avec un dîner au Georges V. (...)

J’aime manger la France et j’aime aussi la boire.

J’ai appris ses fromages par cœur, dès mon adolescence. Chez mes parents (mon père était restaurateur), les fromages étaient répartis sur 6 plateaux que je savais présenter dès mes douze ans, un à un, table par table, une corvée à l’époque, mais elle m’a donné le goût des mots, la saveur des fromages et quand, trois ans plus tard, j’ai suivi l’enseignement de Pierre Androuët, j’ai ingéré un bon morceau du pays. »

Connu pour votre verbe et votre goût pour la liberté, vous n’hésitez pas à être parfois critique vis-à-vis de notre pays mais vous vous protégez alors d’un immédiat « Qui bene amat bene castigat ». Vous êtes un conteur, vous racontez des odeurs, des saveurs, des gens, des caractères, près d’un coin de feu virtuel.

Ce que vous avez fait pour la France et sa promotion est remarquable. Votre passion est de véhiculer partout où vous allez une certaine idée de la France, celle que nous aimons.

Merci aussi pour le rôle que vous avez joué pour l’opération Goût de France, mettant à l’honneur la gastronomie française le 19 mars 2015. Au cours de cet événement qui a pour devise "1000 chefs, 1000 menus sur 5 continents", vous avez joué un véritable rôle d’amplificateur auprès des médias belges. Vous étiez l’animateur à l’ambassade de France à Bruxelles, du dîner de prestige qui a été organisé pour marquer cet événement en présence du Ministre Belge des Affaires étrangères, de son épouse et de nombreuses personnalités Belges.

Depuis 2014, vous avez ajouté une nouvelle corde à votre arc en montant sur scène, pour un « one-man-show ». Le spectacle, intitulé « Ni dieux ni maîtres mais du rouge », retrace votre parcours d’œnologue.

La France tient aujourd’hui à vous remercier de votre engagement pour que nos cultures s’appartiennent toujours davantage. Ce que vous faites depuis des années, au service des liens entre nos deux pays.

Monsieur Eric Boschman, au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons officier dans l’Ordre National du Mérite.

Gepubliceerd op 10/11/2016

bovenaan de pagina