Journée mondiale de lutte contre le sida [nl]

JPEG

À l’occasion de la 25ème Journée mondiale de lutte contre le sida, la France rend hommage à la mémoire des 30 millions de personnes qui ont succombé au virus au cours de ces trois dernières décennies. Si l’on peut se réjouir d’une réduction de 5,6% du nombre de décès liés au VIH/SIDA en 2011 et d’une diminution des nouvelles contaminations, le combat contre le sida n’est pas terminé.

La France a fait de la lutte contre le VIH/sida une priorité et réaffirme son engagement aux côtés de l’Union européenne et de l’ensemble de la communauté internationale. Il est désormais possible d’espérer faire émerger une génération sans sida. Cela requiert la poursuite d’efforts soutenus et conséquents. La France prend tout sa part dans cet effort, qui se reflète notamment dans sa contribution financière dédiée à la lutte contre cette pandémie, une de plus élevées au monde :

- 360 millions d’euros par an au Fonds Mondial de lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme (triennum 2011-2013), dont 5% sont réservés à l’apport d’expertise auprès des pays francophones pour appuyer la mise en œuvre des subventions du Fonds mondial (dispositif géré par France expertise internationale) ;

- 110 millions d’euros par an à la facilité internationale d’achat de médicaments UNITAID, grâce à la solidarité de chaque passager aérien (taxe de solidarité sur les billets d’avion) ;

- plus de 2 millions d’euros par an via nos contributions au Programme commun des Nations unies sur le Sida (ONUSIDA) et ses co-sponsors ;

- 44 millions d’euros par an à l’aide bilatérale contre le VIH/sida, notamment à travers les projets financés par l’Agence Française de Développement (AFD) et la coopération hospitalière (GIP ESTHER « Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau »).

Ces efforts portent leurs fruits, puisqu’aujourd’hui, grâce notamment à la baisse du coût des traitements antirétroviraux, plus de 8 millions de personnes vivant avec le VIH bénéficient d’une thérapie antirétrovirale, un chiffre en très nette augmentation (accroissement de 63% depuis 2009). Pour autant, encore près de 7 millions de personnes éligibles ne reçoivent toujours pas de traitement.

Plus que jamais, nos efforts doivent se déployer selon les trois piliers essentiels que sont la prévention, les traitements et la recherche. La lutte contre le VIH/sida ne requiert pas seulement un effort financier, mais également un engagement en faveur des valeurs d’équité, de justice sociale et de défense des libertés fondamentales. C’est le sens de l’engagement de la France.

Pour en savoir plus :

- Fonds Mondial de lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme

- Unitaid

- Agence Française de Développement

- ONUSIDA

- Esther

- France expertise internationale

Communiqué de presse du SPF belge Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement

L’ONUSIDA annonce une chute de plus de 50 % des nouvelles infections à VIH dans 25 pays alors qu’il reste 1 000 jours pour atteindre les objectifs mondiaux de la riposte au sida. De plus, le nombre de personnes ayant accès au traitement antirétroviral a augmenté de 63% sur les 24 derniers mois et les décès liés au sida ont diminué de plus de 25% dans le monde, entre 2005 et 2011.
Le nouveau rapport de la Journée mondiale de lutte contre le sida intitulé « Résultats du programme commun des Nations-Unies sur le VIH/sida » (ONUSIDA) montre qu’une accélération sans précédent de la riposte génère des résultats au profit des personnes.

Ainsi, dans certains pays affichant les taux de prévalence les plus élevés au monde, le nombre de nouvelles infections au VIH a été réduit de manière significative depuis 2001 : 73% au Malawi, 71% au Botswana, 68% en Namibie, 58 % en Zambie, 50 % au Zimbabwe et 41 % en Afrique du Sud et au Swaziland. Outre les bons résultats de la prévention du VIH, l’Afrique subsaharienne a réduit d’un tiers le nombre des décès liés au sida sur les six dernières années et augmenté de 59% le nombre de personnes sous traitement antirétroviral sur les deux dernières années.

Quelques chiffres-clés au niveau mondial

En 2011, on estimait à :

- 34 millions, le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde
- 2,5 millions le nombre personnes nouvellement infectées par le VIH
- 1,7 million le nombre de personnes décédés de maladies liées au sida

Le Ministre belge de la Coopération belge au Développement Paul Magnette : « Le secteur des soins de santé est l’un des 4 secteurs de concentration de la coopération gouvernementale belge. Nos actions dans ce domaine comprennent la lutte contre les grandes endémies, y compris une approche transversale du VIH/SIDA. Dans mon nouveau projet de loi sur la coopération au développement cette approche est clairement mise en avant et explicitement mentionnée. »

La contribution belge à la lutte mondiale contre le sida

La Belgique est très active dans la lutte contre le VIH-Sida au niveau mondial. Elle supporte depuis leur création l’ONUSIDA et le Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme (GFATM).
Outre ses actions menées au niveau multilatéral, la Belgique finance de nombreuses autres actions tant au travers de sa coopération gouvernementale, de sa coopération non-gouvernementale que de la coopération universitaire.

Ainsi, en 2011, la Belgique a engagé, via la Coopération belge au développement, un montant de 29.9 millions EUR dans des activités et programmes ayant un effet positif dans la lutte contre le VIH-Sida.

Pour lire la version complète du rapport ONUSIDA, cliquez ici.

En Belgique, la lutte continue aussi.

Le VIH-Sida ne fait pas que des victimes dans les pays en développement. La lutte contre la maladie est également un combat de tous les jours en Belgique.

Malgré les efforts de prévention, le niveau de l’infection ne fléchit absolument pas en Belgique, on note : trois nouvelles infections par jour en Belgique, 1,8 diagnostic positif d’infection par le VIH sur 1000 tests, contre 1 sur 1000 en 1996.

Les groupes les plus à risques actuellement sont les homosexuels et les migrants en provenance d’Afrique Subsaharienne. Loin de chercher à discriminer ces deux groupes (homosexuels masculins et migrants), il est question d’y concentrer les efforts à cibler.

La tranche d’âge des 25-34 ans est la plus touchée.

Une conférence sera organisée ce 30 novembre par la CTB.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

D’autres activités de sensibilisation sont organisées en Belgique durant le weekend. Pour en savoir plus :

Plateforme Prévention SIDA : http://www.preventionsida.org/v2/

SENSOA : http://www.sensoa.be/wereldaidsdag-komt-er-aan

Sites de référence :

ONUSIDA

http://www.unaids.org/fr/

http://www.unaids.org/fr/resources/

http://www.unaids.org/fr/resources/presscentre/socialmedia/

Organisation Mondiale de la Santé - OMS

http://www.who.int/mediacentre/events/annual/world_aids_day/fr/index.html

Le Fonds Global

http://www.theglobalfund.org/fr/mediacenter/

publié le 02/06/2015

haut de la page