La Résidence de France [nl]

La Résidence de France (demeure de l’Ambassadeur) est un ancien hôtel de maître dont la façade donne sur le boulevard du Régent. Séparée de la Chancellerie par un jardin, elle jouxte le bâtiment qui abrite le Consulat général et les services culturels de l’Ambassade (SCAC).

JPEG

Un hôtel de maître légué par le Vicomte de Lovenjoul

L’hôtel particulier appartenait au Vicomte Charles de Spoelberch de Lovenjoul (1836-1907), héritier d’une grande famille de l’aristocratie flamande, passionné et spécialiste de la littérature française de son époque. Il avait consacré une grande partie de sa vie à collectionner des manuscrits de ses auteurs favoris (en particulier Balzac), jusqu’à constituer une bibliothèque de plus de 40.000 volumes.

Par testament, il légua l’ensemble immobilier à l’Institut de France, en 1907, ainsi que sa collection aujourd’hui abritée par la bibliothèque de l’Institut à Paris (voir la "collection Lovenjoul"). L’Institut de France vendit en 1909 l’hôtel du Boulevard du Régent et ses dépendances au Gouvernement de la République française. Le produit de la vente devait permettre à l’Institut de financer la conservation de la collection.

Dès 1909, l’hôtel devint la résidence du ministre de France, tandis que l’architecte de renom Georges Chedanne, auteur de l’Ambassade de France à Vienne, se voit confier le soin de construire une chancellerie, donnant sur la rue Ducale. Le jardin actuel a été réaménagé en 1961 par René Pechère, grand architecte paysagiste belge, auteur notamment des jardins du Mont des Arts et du Parc Botanique.

publié le 11/06/2015

haut de la page