Lancement officiel du plan d’action « commémorer 14-18 » [nl]

L’ambassadeur de France en Belgique M. Bernard Valero a participé lundi 4 novembre 2013 au Théâtre Royal de Namur, avec les ambassadeurs d’Allemagne et de Grande-Bretagne, au lancement officiel du plan d’action mis au point par les instances régionales et communautaires de la Wallonie pour les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale.

Rudy Demotte, ministre-président du gouvernement wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a en effet lancé les commémorations du centenaire de la guerre 1914-1918 à Namur. Il a ainsi déclaré : "Des premiers morts liégeois aux batailles de Charleroi et Mons, les combats n’ont épargné personne (...) Commémorer, c’est se souvenir ensemble d’événements passés fondateurs de nos identités ».

Puis la présidente du comité de pilotage « commémorer 14-18 » et historienne de l’UCL, Mme Laurence Van Ypersele, a rappelé les enjeux des différentes manifestations. Elle a ainsi déclaré : « La première Guerre mondiale ne cesse de nous interpeller, parce qu’elle nous rappelle la fragilité de la paix, de la prospérité et du respect des droits humains. Ces commémorations doivent rappeler le passé pour réfléchir au présent, mais aussi renforcer nos liens d’amitié en Europe et dans le monde ».

Pour sa part , l’ambassadeur de France a réitéré l’engagement de la France à accompagner en 2014 ces commémorations en Belgique. Il a rappelé combien la France avait été reconnaissante à Liège pour la résistance que cette ville héroïque avait opposé aux premiers jours du conflit en aout 1914. Il a rendu hommage à la mémoire des dizaines de milliers de soldats français qui étaient tombés en Belgique , au coté de leurs frères d’armes belges, tout au long de cette terrible guerre. Il a enfin insisté sur le devoir de transmission de la mémoire vers les jeunes et a souligné combien la réconciliation entre la France et l’Allemagne avait joué un rôle déterminant en faveur de la construction européenne, le meilleur rempart pour ne plus connaitre les horreurs du passé, et le meilleur chemin pour un avenir de paix et de solidarité pour les jeunes européens.

publié le 02/06/2015

haut de la page