Le Bouchon de Liège

Les reproductions d’anciennes cartes postales ont été fournies via le blog http://cartespostales1914.over-blog.com/


"Le Bouchon de Liège"

On appela parfois « Bouchon de Liège » la résistance de l’armée belge à l’invasion allemande de 1914. A la surprise générale, la petite armée belge réussit à arrêter pendant dix jours dans la région fortifiée de Liège le flot de l’invasion allemande, provoquant ainsi un premier accroc sérieux au bon déroulement du plan Schlieffen. Après la prise de Liège, l’armée belge, sous la conduite du roi Albert Ier, recula en bon ordre vers le camp retranché d’Anvers, considéré comme inexpugnable. Le siège d’Anvers se poursuivit jusqu’en octobre 1914, date à laquelle il fallut abandonner la ville. Les rescapés de l’armée belge - un peu moins de 60 000 hommes - battirent retraite jusqu’à la ligne de l’Yser où, épaulés par des troupes françaises et anglaises, ils réussirent à stabiliser le front. L’armée belge tint cette partie du front jusqu’à la fin du conflit. Albert Ier, soucieux de protéger la vie de ses soldats, conduisit une stratégie strictement défensive sur sa ligne de front. Ce n’est qu’à la fin du mois de septembre 1918, que les soldats belges sortirent de leurs tranchées pour participer à la libération de leur pays.

Plusieurs cartes postales satiriques françaises évoquant la résistance de Liège utilisèrent l’image du bouchon pour illustrer celle-ci. L’une d’entre elles, en noir et blanc, se divise en deux parties : à gauche, on aperçoit, sur une carte de la Belgique, une bouteille et une coupe de champagne de Liège, ainsi qu’un bouchon placé à gauche d’un poteau frontière traversant la carte postale de haut en bas. A ce poteau sont attachés, côté belge, deux panneaux sur lesquels on peut lire respectivement : L’Union fait la Force et Liberté, Egalité, Fraternité. Attaché à la droite du panneau, on lit « Deutschland Nieder Alles » (L’Allemagne en-dessous de tout) par opposition à la maxime « Deutschland Über Alles », l’Allemagne au-dessus de tout, qui voulut dire, à l’époque, L’Allemagne doit dominer tout.

Sur la partie droite est caricaturé le Kaiser Guillaume II coiffé du casque à pointe, la bouche ouverte. Dans cette partie droite apparaît le texte : « Comment le Bouchon de Liège a empêché Guillaume de prendre le et la Champagne ». Tout le jeu astucieux consistait à rapprocher son nez de la croix marquée sur le bas du poteau pour voir passer par un effet optique le bouchon de la partie gauche de la carte vers la gorge de Guillaume II.

On peut voir sur une autre carte postale Guillaume en uniforme, toujours casqué, chaussé de bottes hautes éperonnées, s’enfuyant devant une pièce d’artillerie dont le canon est remplacé par une bouteille de champagne et tirant vers l’orifice naturel de son séant un bouchon de liège. Un petit fantassin belge est assis sur le goulot de la bouteille. Le texte suivant y figure : « Le Destin - Si tu n’as pas la Champagne !!! Prends ce bouchon de Liège.

A lire dans la brochure "Tourisme de mémoire en Province de Liège" ci-dessous :

PDF - 12 Mo
(PDF - 12 Mo)

publié le 28/07/2014

haut de la page