Le Mémorial Interallié de Cointe, un lieu hautement symbolique


La tour du Mémorial Interallié, située sur la colline de Cointe surplombe la Cité ardente du haut de ses 75 mètres, soit 135 mètres au dessus du niveau de la Meuse. Ce lieu est hautement symbolique puisque ce monument fut financé par souscription publique par les nations alliées à l’initiative de la Fédération Interalliée des Anciens Combattants.

En 1923, la Fédération Internationale des Anciens Combattants émet le souhait, lors d’un congrès à Paris, de la création d’un monument dédié aux soldats des pays alliés. Deux ans plus tard, à Rome, la Fédération décide de l’exécution de ce projet. C’est Liège qui est choisie puisqu’elle fut la première ville à avoir été durement touchée par la Première Guerre mondiale. C’est l’architecte anversois Jozef Smolderen qui remporte le concours pour l’édification de ce monument. Les travaux débutent en 1928 et doivent s’arrêter en 1935 par manque de fonds. En effet, en creusant le sol pour les fondations, des galeries de mines datant de 200 à 300 ans furent découvertes sur la colline de Cointe. D’où des dépenses supplémentaires afin de consolider le terrain par injection de ciment. Finalement l’édifice religieux de style néo-byzantin est consacré en 1936. Sa coupole est composée de 13 tonnes de feuilles de cuivre provenant du Katanga et laminé dans les usines de « Cuivre et Zinc » de Chênée. C’est en présence de nombreuses délégations étrangères et du Roi Léopold III que l’édifice « civil » est inauguré le 20 juillet 1937.

Le Mémorial Interallié se compose d’une grande dalle aménagée au niveau de la première esplanade et encadrée de huit puissantes colonnes de pierre dénommées « La Salles des Pylônes ». Un escalier en hémicycle prolonge cette grande salle et conduit à la tour.

La tour comprend différents étages ainsi qu’une crypte abritant certains monuments commémoratifs des nations alliées. Ce monument est non seulement un témoin historique de la Première Guerre mondiale mais aussi un témoin architectural de l’art Déco.

A l’intérieur de la crypte se trouvent les monuments :

• L’allégorie « À la Belgique, la France reconnaissante » (qui comprend un message du Président français Poincaré et du Roi Albert Ier).

• Le sarcophage roumain « Aux Héros ».

• A l’Espagne, pays qui était neutre en 14-18 mais qui a aidé au ravitaillement d’où la plaque « La Belgique se souvient de l’aide humanitaire du noble peuple espagnol ».

Sur différents parties de l’esplanade :

• La Statue du fantassin italien.

• Le « Mur » dédié » aux « valeureuses forces armées britanniques ».

• Les pierres levées pour la Pologne.

• La Russie en forme de composition tragique « Aux soldats russes et soviétiques ».

• Le monument grec qui est composé d’un empilement de casques inspirés des combattants spartiates.

• L’un des côtés de l’esplanade est fermé par un mur portant la mention « Aux défenseurs de Liège, les Nations alliées, 1914-1918 ».

- A lire sur le site de la Province de Liège : http://www.provincedeliege.be/liege1418/monumentsinteralli%C3%A9s

- Consultez aussi la brochure Cointe Le Monument Interallié, ci-dessous :

PDF - 1.4 Mo
(PDF - 1.4 Mo)

publié le 17/07/2014

haut de la page