Relations économiques [nl]

Les échanges commerciaux entre la France et la Belgique

En 2017, le volume des échanges commerciaux entre la France et la Belgique ont progressé de 6,3% à 68,6 Mrds€. Le solde commercial est stable à 4,3 Mrds€. Ce résultat, structurellement déficitaire pour la France - compte tenu des importations de gaz transitant par la Belgique mais n’est pas produit par elle –, dégage un excédent d’environ 2,2 Mrds€ hors hydrocarbures. Automobile et pharmacie demeurent nos deux points forts à l’export, tandis que le gaz naturel reste le principal poste d’importation, et le premier déficit.
Accueillant près de 46 600 entreprises exportatrices, la Belgique est toujours le premier pays cible des entreprises françaises à l’export. Les échanges avec la région frontalière des Hauts-de-France sont particulièrement dynamiques, celle-ci représentant 29% des exportations françaises vers la Belgique, 22% de ses importations et un excédent d’1,1Mrd€.

Les exportations françaises vers la Belgique ont légèrement augmenté en 2017 (+6,9%).

Les exportations françaises vers la Belgique se sont élevées en 2017 à 32,1 Mrds€. Ciblé par 46.560 entreprises (+1,6%), le Royaume reste la première destination des entreprises françaises à l’export. La Belgique est le 5ème client de la France, avec 6,9% des exportations françaises, derrière l’Allemagne, l’Espagne, les Etats-Unis et l’Italie. Selon les dernières données publiées par l’Agence pour le commerce extérieur belge, au 3ème trimestre 2017, la France reste le 3ème fournisseur du pays après les Pays-Bas puis l’Allemagne, avec 9,5% de part de marché.
Au niveau agrégé, le plus important poste d’exportation vers la Belgique demeure celui des « autres produits industriels » à 13,5 Mrds€ (+6,9%), suivi des « matériels de transport », à 5,6 Mrds€ (+5,2%), puis des « produits des industries agro-alimentaires », des « équipements mécaniques » et des « produits agricoles » dont les volumes évoluent peu.
Au niveau fin, les « véhicules automobiles » restent en tête, à 4,3 Mrds€, en augmentation de près de 9% sur l’exercice. Les « préparations pharmaceutiques » sont au 2ème rang de nos exportations vers la Belgique à 2,5 Mrds€, en légère hausse par rapport à l’an dernier (+5,4%) après deux années consécutives de baisse.

Les importations françaises depuis la Belgique s’accroissent également (+5,8%), en partie du fait du renchérissement des prix de l’énergie.

Après deux années consécutives de baisse liées à celle de la facture énergétique, nos importations, à 36,5 Mrds€, augmentent de 2 Mrds€ environ, faisant remonter la Belgique au 4ème rang de nos fournisseurs, avec 6,7% de l’ensemble des importations françaises, derrière l’Allemagne, la Chine, et l’Italie. La France est le 2ème client de la Belgique, après l’Allemagne.
Au niveau agrégé, l’ensemble des « autres produits industriels », à 16,1 Mrds€, reste le premier poste d’importation. Le second poste d’importation est celui des « hydrocarbures », en augmentation de plus de 14% à 7,3 Mrds€. Composé à plus de 92% de gaz naturel qui n’est pas produit en Belgique mais transite par son territoire, ce poste évolue au rythme des prix de l’énergie.
Au niveau fin, après le « gaz naturel », les « produits sidérurgiques de base » (+22%) et les « produits du raffinage du pétrole » (+31%) occupent les premières positions. On note également une baisse de près de 24% de nos importations de produits pharmaceutiques.

La Belgique, 4ème pays investisseur européen en France

La Belgique est le 4ème pays investisseur européen en 2017, à l’origine de 62 projets d’investissements en France. Ces projets ont permis la création ou la sauvegarde de 1 827 emplois (+146 %).

JPEG

Paris, le 3 avril 2018. Le « Rapport sur l’internationalisation de l’économie française - Bilan 2017 des investissements étrangers en France », paru ce jour, confirme la confiance renouvelée des investisseurs étrangers pour le site France.

En 2017, 1 298 décisions d’investissement (+16%, soit 25 décisions en moyenne par semaine) ont créé ou maintenu 33 489 emplois (contre 1 117 décisions et 30 108 emplois en 2016).

Les pays de l’Union européenne restent les premiers investisseurs en France avec 60% de l’ensemble des décisions d’investissement en France, viennent ensuite l’Amérique du Nord 23% et l’Asie 13% qui reste stable.

Plus de 3 200 entreprises belges emploient en France environ 134 000 personnes. La Belgique est le 4ème pays investisseur européen en 2017, à l’origine de 62 projets d’investissements en France. Ces projets ont permis la création ou la sauvegarde de 1 827 emplois (+146 %).

En 2017, les investissements belges s’orientent principalement vers les activités de production (40 % des projets et 71 % des emplois), de services aux entreprises (24 % des projets) et vers les centres de décision (19 % des projets). Les principaux secteurs d’activités sont les secteurs du conseil, ingénierie (16 % des projets), de l’agro-alimentaire (13 %) et des logiciels et prestations informatiques (13 %). Le secteur des métaux compte plus de 800 emplois créés ou maintenus (soit 45 % du total des emplois créés par les projets belges). Enfin, les entreprises belges s’implantent majoritairement en Ile-de-France (23 % des projets et 51 % des emplois), dans les Hauts-de-France (18 % des projets) et dans la région Grand Est (13 %).

En 2017, la France est le 1er pays d’accueil des investissements créateurs d’emplois réalisés en Europe par des entreprises belges. Elle accueille 58 % des investissements de ce pays. La Pologne et le Royaume-Uni accueillent 9 % de ces projets, et l’Allemagne 7 %1. (1 Observatoire Europe, Business France. )

Exemples de projets d’investissement en 2017

- Keyware : la société belge Keyware est l’un des fournisseurs les plus importants de solutions de paiement électronique, de programmes de fidélité et d’applications liées à l’identité. Possédant déjà une participation de 40 %, elle a racheté entièrement l’entreprise technologique française Magellan SAS, basée à Lyon. Un renforcement de l’effectif est prévu.

- Delmar : le français Betsinor, spécialisée dans la production d’éléments élaborés à partir de matrice cimentaire, a été repris par le groupe belge DELMAR (Comines), fabricant d’éléments préfabriqués en béton. Placée en liquidation judiciaire au début de l’année 2017, Betsinor et 31 des 55 salariés ont été sauvés par cette acquisition, avec une stratégie de diversification pour pérenniser l’activité.

- The Biotech Quality Group : The Biotech Quality Group est une société de conseil belge spécialisée dans l’amélioration de la performance des industries biopharmaceutiques et de dispositifs médicaux. Elle a annoncé en 2017 l’ouverture d’une filiale en France, avec une vingtaine d’embauches prévues.

- X-Fab Silicon Foundries : Placé en redressement judiciaire en août 2016, le fabricant de semi-conducteurs ALTIS (Corbeil-Essonnes) a été repris par X-FAB, un fondeur européen de semi-conducteurs. Le projet de X-Fab prévoit notamment une garantie sur l’emploi de 800 salariés au cours des 5 prochaines années et un programme d’investissement de 100 millions d’euros au cours des 10 ans qui viennent.

- Rapport sur l’internationalisation de l’économie française - Bilan 2017 des investissements étrangers en France


Business France est l’agence nationale au service de l’internationalisation de l’économie française. Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations, ainsi que de la prospection et de l’accueil des investissements internationaux en France.
Elle promeut l’attractivité et l’image économique de la France, de ses entreprises et de ses territoires. Elle gère et développe le V.I.E (Volontariat International en Entreprise).
Créée le 1er janvier 2015, Business France est issue de la fusion d’UBIFRANCE et de l’AFII (Agence française pour les investissements internationaux). Business France dispose de 1 500 collaborateurs situés en France et dans 70 pays. Elle s’appuie sur un réseau de partenaires publics et privés.
Pour plus d’informations : www.businessfrance.fr

Contacts presse :

melisande.henry@businessfrance.fr

olivier.bouille@businessfrance.fr

pauline.aymonier@businessfrance.fr

frederique.lefevre@businessfrance.fr

publié le 12/06/2018

haut de la page