Une boussole stratégique pour renforcer la sécurité et la défense de l’UE au cours de la prochaine décennie [nl]

Le 21 mars 2022, le Conseil de l’UE a officiellement approuvé la boussole stratégique alors que nous assistons au retour de la guerre en Europe.
La boussole dote l’Union européenne d’un plan d’action ambitieux pour renforcer la politique de sécurité et de défense de l’UE d’ici à 2030.

JPEG

Le 21 mars 2022, le Conseil de l’UE a officiellement approuvé la boussole stratégique qui dote l’Union européenne d’un plan d’action ambitieux pour renforcer la politique de sécurité et de défense de l’UE d’ici à 2030.

L’environnement sécuritaire devenu plus hostile impose de faire un bond décisif et d’accroître notre capacité et notre volonté d’agir, de renforcer notre résilience ainsi que d’investir davantage et mieux dans nos capacités de défense.

La force de l’Union réside dans l’unité, la solidarité et la détermination. La boussole stratégique a pour objectif de faire de l’UE une garante de la sécurité plus forte et aux capacités renforcées. L’UE doit être en mesure de protéger ses citoyens et de contribuer à la paix et à la sécurité internationales. Cela est d’autant plus important alors que la guerre est revenue en Europe, à la suite de l’agression injustifiée et non provoquée de la Russie contre l’Ukraine, et que des mutations géopolitiques majeures sont à l’œuvre. La boussole stratégique renforcera l’autonomie stratégique de l’UE et sa capacité à travailler avec ses partenaires pour préserver ses valeurs et ses intérêts.

Une Union plus forte et plus capable sur les questions de sécurité et de défense contribuera positivement à la sécurité globale et transatlantique et est complémentaire à l’OTAN, qui reste le fondement de la défense collective pour ses membres. Elle accroîtra également son soutien à l’ordre mondial fondé sur des règles et articulé autour des Nations unies.

« Les menaces augmentent et le coût de l’inaction est évident. La boussole stratégique guidera notre action. Elle définit une voie ambitieuse pour l’avenir de notre politique de sécurité et de défense pour la prochaine décennie. Elle nous aidera à assumer nos responsabilités en matière de sécurité, face à nos citoyens et au reste du monde. Si nous n’agissons pas maintenant, alors quand le ferons-nous ? » (Josep Borrell, haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité).

La boussole stratégique fournit une évaluation commune de l’environnement stratégique dans lequel l’Union évolue ainsi que des menaces et des défis auxquels elle est confrontée. Le document formule des propositions d’action concrètes assorties d’un calendrier de mise en œuvre très précis, afin de renforcer la capacité de l’UE à agir de manière décisive en cas de crise et de défendre sa sécurité et ses citoyens.

La boussole couvre tous les aspects de la politique de sécurité et de défense et s’articule autour de quatre piliers : agir, investir, travailler en partenariat et assurer la sécurité.

1/ Agir

Pour être capable d’agir rapidement et avec fermeté dès lors qu’une crise survient, avec des partenaires si possible et seule si nécessaire, l’UE :

- mettra sur pied, pour différents types de crises, une capacité de déploiement rapide de l’UE conséquente, pouvant compter jusqu’à 5 000 militaires

- sera prête à déployer, dans un délai de 30 jours, 200 experts pleinement équipés dans le cadre d’une mission PSDC, y compris dans des environnements complexes.

- effectuera de manière régulière des exercices réels sur terre et en mer
renforcera la mobilité militaire

- renforcera les missions et opérations PSDC civiles et militaires (Politique de sécurité et de défense commune) en favorisant un processus décisionnel rapide et plus flexible, en faisant preuve de davantage de fermeté et en assurant une solidarité financière accrue.

- fera pleinement usage de la facilité européenne pour la paix pour soutenir ses partenaires.

2/ Assurer la sécurité

Afin de renforcer sa capacité à anticiper, à dissuader et à réagir face aux menaces et défis actuels et à ceux surgissant rapidement, et à préserver les intérêts de l’UE en matière de sécurité, l’UE :

- développera ses capacités d’analyse du renseignement

- mettra en place une boîte à outils hybride et des équipes d’intervention
rassemblant différents instruments visant à détecter un large éventail de menaces hybrides et à y réagir

- renforcera la boîte à outils cyberdiplomatique et mettra en place une politique de l’UE en matière de cyberdéfense afin d’être mieux préparée aux cyberattaques et de mieux y réagir

- créera une boîte à outils relative aux activités de manipulation de l’information et d’ingérence menées depuis l’étranger

- élaborera une stratégie spatiale de l’UE pour la sécurité et la défense

- renforcera le rôle de l’UE en tant qu’acteur de la sûreté maritime

3/ Investir

Les États membres se sont engagés à augmenter sensiblement leurs dépenses de défense pour répondre à notre ambition collective de combler les lacunes critiques en matière de capacités militaires et civiles et à renforcer notre base industrielle et technologique de défense européenne. L’Union européenne :

- échangera sur les objectifs nationaux en ce qui concerne l’augmentation et l’amélioration des dépenses de défense pour répondre à nos besoins en matière de sécurité

- élaborera de nouvelles mesures d’incitation pour que les États membres s’engagent dans le développement collaboratif des capacités et investissent conjointement dans des moyens stratégiques et des capacités de nouvelle génération pour opérer sur terre, en mer, dans les airs, dans le cyberespace et dans l’espace extra-atmosphérique

- stimulera l’innovation technologique pour la défense afin de combler les lacunes stratégiques et de réduire les dépendances technologiques et industrielles

4/ Travailler en partenariat

Pour faire face aux menaces et aux défis communs, l’UE :

- renforcera la coopération avec les partenaires stratégiques tels que l’OTAN, les Nations unies et les partenaires régionaux, notamment l’OSCE, l’UA et l’ASEAN

- établira des partenariats bilatéraux plus adaptés avec des pays partageant les mêmes valeurs et des partenaires stratégiques, tels que les États-Unis, le Canada, la Norvège, le Royaume-Uni, le Japon et d’autres

- établira des partenariats sur mesure dans les Balkans occidentaux, dans notre voisinage oriental et méridional, en Afrique, en Asie et en Amérique latine, notamment en intensifiant le dialogue et la coopération, en favorisant la participation aux missions et opérations PSDC et en soutenant le renforcement des capacités

Pour en savoir plus vous pouvez consulter le document officiel de présentation de la boussole stratégique :

PDF - 3 Mo
Présentation de la boussole stratégique
(PDF - 3 Mo)

publié le 30/05/2022

haut de la page